Guides, cuisiniers et porteurs

Guides, cuisiniers et porteurs sont la base logistique indispensable de nos treks sous tente et des expéditions en montagne. Nos réussites dépendent de leur travail rude et ingrat, mais si les guides et les cuisiniers nous semblent privilégiés il n’en est pas de même pour les porteurs.

Le guide, qu’il soit employé d’une agence ou indépendant a une grande responsabilité. C’est souvent lui notre contact privilégié et l’organisateur de nos séjours. Il est aussi le « patron » de toute l’équipe logistique : assistants guide, cuisiniers, aides cuisinier, porteurs et parfois muletiers. C’est avec lui qu’il faut discuter avant de s’engager en montagne. Après, lorsqu’on est loin de tout, il est trop tard pour régler les petits problèmes du quotidien. Le guide est aussi, la plupart du temps, notre interprète auprès des personnes rencontrées qui ne parlent ni français, ni anglais. Nous devons également nous assurer qu’il est un bon patron pour son équipe, qu’il veille aux rémunérations de tous, à leurs équipements, leurs assurances et leur santé.

Le cuisinier est généralement le second du staff logistique. Il est chargé des achats de nourriture avant et pendant nos séjours. Tôt levés, le cuisinier et ses aides sont souvent les derniers couchés et leur service faillit rarement. Une expédition de 10 personnes est parfois entourée d’une logistique de 40 personnes. Selon les organisations, les cuisiniers peuvent donc avoir 50 personnes à nourrir avec des menus différents. Alors, un conseil : ayez de bons rapports avec les cuisiniers, levez vous de très bonne heure, allez prendre un café ou un thé dans la tente cuisine, discuter un peu avec eux pendant qu’ils préparent la nourriture de la journée. Vous ne le regretterez pas.

Lorsqu’il n’est pas possible de disposer d’une caravane de mules, les porteurs assurent le transport du matériel de camping, du ravitaillement et d’une grande partie de nos charges personnelles. Ce sont aussi eux qui montent et démontent nos campements, s’occupent des mules avec les muletiers et renforcent l’équipe cuisine quand c’est nécessaire. C’est pourquoi les charges personnelles que nous leurs confions sont limitées à 12 - 14 kg ce qui est suffisant pour un trek. Pour une expédition, il faut calculer précisément le poids du matériel supplémentaire, le transmettre au guide afin qu’il puisse déterminer le nombre de porteurs nécessaires qu’il doit recruter.

 

Nous devons aussi nous interdire de surcharger nos sacs personnels en début de séjour puis nous délester peu à peu de nos charges en augmentant celles des porteurs. Essayez de prendre la charge d’un porteur et marchez pendant cinq minutes avec. Vous comprendrez mieux.

Enfin, tous ne sont pas des habitants de la haute montagne. Ils viennent, la plupart du temps, des régions de collines au sud de l’Himalaya, entre 1200 et 2500 m d’altitude. Comme nous, ils peuvent être atteints du mal des montagnes ou d’autres pathologies de l’altitude. Sans empiéter sur les prérogatives du guide nous devons aussi veiller à leurs équipements pour la marche et les protections pour le froid. Un porteur malade est irremplaçable. Son absence se traduit souvent par un objectif qui s’envole.